top of page

Apprendre à gérer et à cohabiter avec le trac du musicien face au public


Piano de concert sur scène de prestige


« J’ai chanté 17 ou 18 ans, j’ai été vomir avant chaque tour de chant. » (Jacques Brel). Le trac du musicien n’est pas une faiblesse de débutant. De nombreux artistes de renom connaissent, ou ont connu, un haut niveau de stress avant chaque représentation. D’autres tels Vlado Perlemuter en témoignent et admettent que ce n’est pas une fatalité. L’École Française de Piano connaît le sujet et propose un atelier spécialement dédié à cet embarras qui prive du bonheur de jouer. Parce que l’on joue pour soi mais que l’on peut tout autant aimer jouer pour être écouté, il est important de trouver comment s’adapter à l’anxiété du musicien sur scène.


Comprendre le trac du musicien, ce mécanisme naturel


La peur est naturelle et le trac est l’expression contemporaine de ce réflexe qui nous vient de l’aube de l’humanité, d’une crainte destinée à assurer la survie par des actions immédiates de défense. De nos jours, c’est une manifestation psychologique courante qui se traduit par des mécanismes physiologiques tels que tremblements, bouche sèche, mains moites, vue brouillée, rigidité du corps, trous de mémoire, etc. Leur intensité et leur forme varient d’une personne à une autre mais elle demeure courante et naturelle : vous n’êtes pas pour autant un mauvais musicien, vous êtes humain !


Consentir à la nervosité et relativiser


« J’ai un trac effroyable, je hais le public, mais j’en ai besoin pour me forcer à jouer. Même dans le travail, je suis très angoissé » (Vlado Perlemuter). Même les plus grands interprètes souffrent de cette tension qui semble nous paralyser. Il n’y a donc aucune gêne à la ressentir. Éprouver appréhension ou nervosité au moment d’entrer en scène et de vous installer au piano pour jouer devant un public est normal. Nombreux sont les témoignages nous apprenant que Frédéric Chopin, Maria Callas, Jonas Kaufman ou Jacques Brel connurent le trac toute leur vie et avant chaque représentation publique. Pour vous aider, il faut accepter votre anxiété, en comprendre les sources et trouver la parade qui vous aidera avant chaque concert.


Apprendre à se détendre face au stress de jouer en public


Méditation, relaxation, exercices de respiration, sophrologie, homéopathie, psychologie, chaque personne étant différente, et son trac lui appartenant, il lui faut trouver la méthode la plus adaptée. Une constante existe cependant : travailler sur soi, sur son stress de musicien, fonctionne sur le temps long. Il est important d’apprendre à gérer son appréhension au quotidien, même hors des représentations en public. La méditation en est le parfait exemple : tous les enseignements de cette discipline mentale insistent sur une pratique dans la durée pour des bénéfices réels. C’est un choix de vie tout comme la pratique d’un instrument : exercice et régularité sont au cœur de l’apprentissage, des progrès et, au final, du plaisir de jouer. À votre rituel précédant le piano et la scène, vous pouvez ajouter un objet qui vous accompagnera durant le concert, un échange avec un proche, un mantra silencieux.


Lâcher prise sur scène


Pourquoi jouez-vous du piano ? Quelles émotions vous transportent lorsque vos doigts s’agitent sur les touches et que l’instrument vous répond ? Chaque réponse à ces questions nourrit votre jeu, votre plaisir et s’exprime à travers votre corps. Combien de solistes mondialement connus laissent voir sur leur visage et dans les discrets mouvements de leur corps leurs émotions ? Comme eux, lâchez prise sur scène, détendez autant votre corps que votre esprit. À la rigidité nerveuse, laissez libre cours à l’expression corporelle de ce que la musique provoque en vous. Vous capterez l’attention du public, l’inviterez à vous suivre dans ce court moment de partage, apanage universel de la musique.


Répéter avant le grand jour


Le trac s’oppose à la maîtrise, à l’assurance que l’on sait ce que l’on fait, ce dont on est capable. La pratique d’un instrument est une discipline qui exige concentration, efforts, régularité mais c’est aussi le meilleur moyen de vaincre l’appréhension de jouer sur scène. Travaillez l’extrait musical choisi longtemps à l’avance et autant de fois que nécessaire pour que vos gestes deviennent naturels, s’enchaînent avec fluidité, jusqu’à connaître par cœur notes et accords. Vous gagnerez ainsi confiance dans votre jeu de pianiste, en aisance, et évincerez au maximum le risque d’erreur ou d’oubli.


Préparez votre corps comme un sportif avant le concert


Les répétitions, entre amélioration de l’interprétation et gain d’endurance, exigent beaucoup de votre esprit et de votre corps. Avant le grand jour, faites en sorte de manger sain et équilibré, de pratiquer une activité sportive et de bien dormir. Corps et esprit au diapason, vous pourrez vous présenter sur scène dans les meilleures conditions.


Suivre un atelier de préparation avec un professionnel du trac en public


Ne rien cacher de sa peur est une étape cruciale, en parler, la comprendre avec l’aide d’un psychologue spécialisé dans cette manifestation de stress est un atout à ne pas négliger. C’est pour cela que l’École Française de Piano propose à ses élèves des ateliers de gestion du trac animés par une psychologue clinicienne psychothérapeute.

On participe à des échanges, à une interrogation collective en petits groupes. Partager ses appréhensions avec d’autres musiciens est tout aussi précieux que les conseils, la méthodologie personnalisable, les exercices, les mises en situation et les conseils dispensés par le professionnel du trac en public. Ce type d’atelier aboutit à la compréhension du mécanisme de stress pour mieux le désamorcer, transformer la peur qui vous paralyse en émotion qui vous pousse à vous surpasser et vous donne confiance.


Être patient avec le musicien que l’on est


C’est en forgeant que l’on devient forgeron : tout comme votre pratique du piano s’affine avec le temps, votre travail sur le trac va amplifier ses bienfaits au fil des années et des prestations en public. Il n’y a pas de réussite ou d’échec, simplement des aspects de votre identité de performeur à améliorer. Plus vous ferez grandir votre jeu de pianiste, plus votre confiance prendra le pas sur le trac du musicien que vous êtes. Soyez constant et les progrès suivront.




Le trac est une sensation naturelle. On ne choisit pas d’être stressé ou anxieux avant de monter sur scène mais il est possible de combattre en douceur cette peur de jouer en public. En parallèle de votre apprentissage du piano, travailler sur vous-même afin de minimiser l’impact de cette tension vous laissera libre de vous concentrer sur votre jeu et vous soutiendra dans de nombreuses autres situations. L’atelier de gestion du trac présenté par l’École Française de Piano vous accueille chaque l’année, pensez-y et retrouvez le plaisir de jouer sur scène !


Témoignages (sources) :


ความคิดเห็น


Posts récents
bottom of page